L’école du dimanche protestante

Aujourd’hui ce drôle d’édifice qui ressemble vaguement à une église, sur d’Aiguillon, abrite six condos. Mais, comme on s’en doute, ce ne fut pas toujours le cas.

Selon le Guide d’autovisite du patrimoine religieux de Saint-Jean-Baptiste, l’édifice a été construit vers 1915. À l’origine ça devait accueillir l’Église presbytérienne Saint-Jean, une église protestante francophone. L’ennui c’est que le révérend qui animait la petite communauté d’une vingtaine de familles est tombé malade l’année suivant la construction. Son église ne lui a pas survécu.

Le Bourdon 600×100

En 1919, les anglophones de l’église Saint-Matthews, sur Saint-Jean, reprennent la bâtisse et la renomment «Saint-John Hall» pour héberger les jeunes protestants anglophones de l’extérieur étudiant à Québec. Dès 1924, comme la résidence devient trop petite, le «Saint-John Hall» et ses étudiants sont déménagés sur la rue Saint-Jean. Quant à l’édifice de la rue d’Aiguillon, il devient la «Saint-Matthews Sunday School». Bref, un genre de catéchèse protestant je suppose.

En 1953, selon la Société historique de Québec, la dénomination «école du dimanche» disparaît des papiers d’assurance de l’édifice. Selon les souvenirs de Mme Simons, une ancienne résidente du secteur citée dans le Quebec Chronicle Telegraph, l’endroit sert de salle communautaire de l’église anglicane de la rue Saint-Jean pendant les années 1950 et 1960.

À partir de là, la piste se perd. Impossible de savoir quand exactement l’édifice a été transformé en condos.

______

Texte initialement publié sur Québec comme si c’était la Havane, et reproduit avec la permission de l’auteur.

Par | 2017-07-20T08:23:08+00:00 18/07/2017|Catégories : Histoire et patrimoine|Mots-clés : , |0 commentaire

À propos de l'auteur :

Nicolas Lefebvre Legault
Photographe amateur armé d'un Galaxy S5. J'ai un faible pour les scènes de rue, les belles bâtisses et les graffitis... (oh, et la bouffe aussi).

Laisser un commentaire