«Depuis 2009, nous constatons que 68 commerces ont cessé ou déplacé leur activité dans Saint-Jean-Baptiste», écrit M. Labeaume. «Toutefois, l’auteur du mémoire de la CCIQ néglige de dire que d’autres ont ouvert leurs portes. Entre 2013 et 2016, le nombre d’entreprises a augmenté de 45 au net. Ça, c’est la réalité.»

Selon le maire, «le taux de vacance de superficie commerciale de la SDC Faubourg Saint-Jean-Baptiste était de 7 % en 2016, ce qui représente une excellente performance à cet égard.»

[…] En ce qui a trait au quartier Saint-Jean-Baptiste, Régis Labeaume ajoute que l’administration municipale avait accordé près de 400 000 $ en subvention à la SDC. «Mon administration a à coeur que ce quartier rayonne.»

C’est à lire dans Le Soleil, du 6 septembre 2017.