«Le transport en commun c’est capital» clament 150 protestataires

Une manifestation pour le transport en commun a traversé le quartier dimanche 22 octobre. «Le transport en commun c’est capital» et «le troisième lien ne mène à rien» scandaient les quelques 150 protestataires mobilisé par une coalition de groupes communautaires.

La manifestation avait pour objectif de profiter du momentum, en pleine campagne électorale, pour rappeler que la population réclame un réseau rapide, efficace et accessible depuis trop longtemps. «Ce n’est plus le temps de consultation» rappelait un des animateurs de la marche qui invitait les candidat-es à se commettre pour le transport en commun. Plusieurs dénonçaient le fait que le système de transport en commun est saturé sur plusieurs lignes Métrobus.

Le Bourdon 600×100

Les tarifs trop élevés du transport en commun étaient également au cœur des revendications. Selon Étienne Grandmont, d’Accès transports viables, les autorités ne doivent plus seulement se concentrer sur les populations de classe moyenne qui ne prennent pas le bus mais également tenir compte des besoins des «clientèles captives» (c’est-à-dire toutes les personnes pour qui le transport en commun est la seule option).

La marche est partie du Parc de l’Amérique française et a déambulé dans le quartier pour ensuite se rendre jusqu’à l’Hôtel de Ville ou les participant-es ont fait le petit train (!) et symboliquement abattu les obstacles à la mobilité (le troisième lien, le coût trop élevé, le manque de fréquence, l’accessibilité universelle, etc.).

Par | 2017-10-26T08:27:59+00:00 23/10/2017|Catégories : Mobilité durable|Mots-clés : , |0 commentaire

À propos de l'auteur :

Nicolas Lefebvre Legault
Photographe amateur armé d'un Galaxy S5. J'ai un faible pour les scènes de rue, les belles bâtisses et les graffitis... (oh, et la bouffe aussi).

Laisser un commentaire