L’Entraide du Faubourg : un milieu de vie toujours essentiel

À l’Entraide du Faubourg, plus de 700 aînés de la Haute-Ville bénéficient d’une multitude d’activités qui visent fondamentalement à favoriser leur autonomie. À l’aube du 40e anniversaire de l’organisme, des besoins restent toutefois à être comblés malgré le dévouement d’une centaine de bénévoles, explique sa directrice, Caroline Carrol.

Véritable institution du quartier, l’histoire de l’Entraide du Faubourg remonte à 1977. À l’initiative du curé de la paroisse, l’abbé Jean-Claude Matte, un groupe de bénévoles que chapeaute Sir Yolande Lachance s’installe au local du Groupe du Faubourg de la rue d’Aiguillon. Leur but : créer un réseau de services répondant à des besoins particuliers identifiés chez les personnes âgées. Faubourg-Entraide naît l’année suivante en collaboration avec des organismes du milieu, avant d’être incorporé en 1979 sous son nom actuel. Enfin, en 1980, l’Entraide du Faubourg loue le local qui est encore le sien dans l’immeuble appartenant à des religieuses qui tenaient à conserver sa vocation communautaire.

Au début restreinte au quartier Saint-Jean-Baptiste, la zone d’intervention de l’organisme s’est depuis étendue dans le Vieux-Québec, Montcalm, et une partie de Saint-Sacrement. Le Centre intégré universitaire en santé et services sociaux (CIUSSS) en est le principal bailleur de fonds, sans oublier le soutien d’autres organisations telle la Caisse Desjardins ou les dons d’entreprises privés et des Amis de l’Entraide du Faubourg.

« Venir en aide aux aînés en difficulté physique ou mentale, ou qui vivent la pauvreté ou l’isolement, est au cœur de notre mission », souligne d’entrée de jeu Caroline Caroll, travailleuse sociale et directrice de l’Entraide du Faubourg depuis 2011. « Et nous faisons tout notre possible avec nos ressources humaines actuelles pour toute personne qui nous demande de l’aide... »

Loisirs et soutien à domicile

Café Passe-temps, photographie Jean-Cazes, 11 novembre 2017

Pour illustrer toute la diversité des deux grands volets d’activités qu’offre l’Entraide du Faubourg au profit de la communauté, Caroline Carrol résume une autre semaine fort occupée qui s’achève… “Dans nos locaux on avait lundi de la gymnastique, un des cours que donne Brenda, notre technicienne en loisirs, suivi l’après-midi du Café Passe-temps à l’étage. Mardi, c’était notre sortie du mois et le cours de peinture, puis mercredi l’atelier de création et le bingo, et jeudi l’aquaforme au Centre Lucien-Borne. […] Et au travers de ça, à tous les jours, la popote roulante et les services d’accompagnement…

Depuis leur démarrage en 1989, les loisirs occupent la majeure partie de l’agenda des activités de l’organisme. Parmi celles-ci, le Café Passe-temps, activité phare où les aînés peuvent tisser de nouveaux liens comme lors des dîners-rencontres et autres sorties à l’extérieur  croisière sur le Louis-Jolliet, épluchette de blé d’inde et cueillette de pommes à titre d’exemples.

« Mais avant tout, renchérit Caroline Carrol, les services de soutien à domicile sont à la base de notre mission d’origine », à commencer par la popote roulante :

Les lundis, mercredis et vendredis, des équipes de bénévoles livrent un repas complet à 65 aînés. Le menu, varié, comprend la soupe, le plat principal et le dessert au coût de 5,75 $. […] C’est de la cuisine familiale que préparent le matin même à l’Entraide Lucie et Gisèle, avec des ingrédients qui proviennent de grossistes.

Photographie Jean Cazes, novembre 2017

Popote, visites d’amitié, accompagnement-transport pour les rendez-vous médicaux… Tous des services des plus appréciés, comme en témoignent des bénéficiaires dans le Rapport annuel 2016-2017 de l’Entraide du Faubourg :

La cuisinière est très bonne, c’est une des meilleures popotes que j’ai trouvée ! Les bénévoles offrent un très bon service, ils sont polis et serviables. Merci ! […] J’aime beaucoup ma bénévole, je suis rassurée lorsque je sors avec elle. J’aime recevoir sa visite ! […] J’ai découvert récemment vos services et j’en bénéficie grandement. Merci pour le soutien que vous me témoignez!

« Notre grande force : nos bénévoles »

Certes, à la base, six employés et plusieurs stagiaires assurent la bonne marche de l’Entraide du Faubourg. « Mais avant tout, notre grande force, c’est notre centaine de bénévoles ! », insiste Caroline Carrol.

Ce sont des gens adorables dont l’âge moyen est de 68 ans. Ils sont dispensables pour assurer nos services de plus en plus en demande. Que ce soit par le bouche à oreille, en annonçant dans Facebook, notre bulletin L’Entraide, le journal l’Infobourg ou en passant par le Centre d’action bénévole nous sommes toujours à la recherche de personnes dévoués et disponibles…

Signe des temps, la directrice rappelle que les aînés souhaitent de plus en plus demeurer à domicile : « On fait le constat que c’est mieux que l’hospitalisation ou le CHSLD, mais ça se traduit par des services de plus en plus en demande que nous devons combler ». Caroline Carrol conclut donc avec cet appel à la population :

On a en particulier un grand besoin de chauffeurs et accompagnateurs pour les rendez-vous médicaux. Bien sûr, nous faisons la vérification des antécédents judiciaires, et nos chauffeurs n’ont pas besoin de voiture parce que nous avons une entente avec Communauto. Tous ceux et celles qui sont intéressés ne doivent donc pas hésiter à communiquer avec nous !

L’Entraide du Faubourg
369, rue Saint-Jean
418 522-2179

Par | 2018-01-30T14:08:09+00:00 05/01/2018|Catégories : Art de vivre et consommation, Familles et enfants|Mots-clés : , , |0 commentaire

À propos de l'auteur :

Jean Cazes
Géographe et archiviste, j’ai pris racine dans les quartiers centraux en 1989. Journaliste à la pige depuis lors, j’ai notamment travaillé pour Franc-Vert, Forêt Conservation et Géo Plein Air. Recherchiste à TéléMag (« Dossier actualité ») puis coréalisateur/coanimateur d’une émission estivale à CKRL 89,1, j’ai aussi collaboré en 2001 à la relance du journal de rue La Quête à titre de rédacteur en chef. En 2009, j’ai quitté le blogue Québec Urbain afin de développer le volet « média hyperlocal » de Monlimoilou.com où j’assume depuis les fonctions de journaliste, chroniqueur et photographe. Portraits de commerçants, événements culturels, urbanisme et « capsules d’histoire » sont quelques sujets que je couvre aussi à l’occasion pour Le Bourdon.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.