Une enseigne établie depuis quelques mois dans le quartier Saint-Jean-Baptiste, La Fornarina, offre des saveurs d’Italie aux amateurs de pizza. Prompts à nous lancer à la découverte de nouvelles combinaisons d’ingrédients, nous avons goûté leurs mets avec enthousiasme.

Située à l’entrée du quartier Saint-Jean-Baptiste sur la rue Saint-Jean à l’angle de la côte Salaberry, la pizzeria La Fornarina est ouverte depuis le mois de novembre dernier. Avant même d’entrer dans le restaurant, les effluves qui nous parviennent nous plongent dans un univers différent de celui que nous offrent les pizzerias Nord-Américaines. L’odeur du basilic, de la farine grillée et, bien sûr, de la pâte est perçue du haut de l’escalier menant à la porte.

La salle à manger est aménagée avec des tables hautes et des tabourets. L’ambiance y est agréable pour manger deux pointes au comptoir en discutant avec la personne assise à ses côtés. Un couple qui est à la recherche d’une ambiance feutrée y sera cependant moins à l’aise, car il y a peu de tables isolées. Les clientes et les clients pourront choisir une pizza surgelée pour apporter à la maison, une pizza fraîche parmi celles qui sont prêtes à découper en pointes ou encore commander une pizza qui sera préparée sur-le-champ par le pizzaiolo, bien visible derrière le comptoir.

La carte de La Fornarina est simple à décoder: une quinzaine de variétés de garniture, allant de la pizza toute simple (romarin ou oignon ou sauce tomate), rappelant la tradition italienne, à celle qui marie harmonieusement plusieurs ingrédients. Lors de notre escapade aux saveurs d’Italie, nous nous sommes laissés tenter par les pizzas aux 4 fromages, au bleu bien assumé, la capricciosa, avec artichauts et olives kalamata, et la épinard, avec saucisse maison. Nous avons aussi dégusté un calzone classique. Chacun de nos choix se sont révélés excellents. Pour dessert, nous avons essayé les baci di dama, un duo de biscuits sablés aux amandes avec chocolat. Bien que le mélange soit agréable, le biscuit était un peu dur, rendant la bouchée difficile à prendre.

Les propriétaires, Annie Ghattas et Federico Marcellini, sont parents de trois enfants. Propriétaires d’une pizzeria en Italie, ils ont pris la décision d’émigrer pour fuir les températures étouffantes de jour comme de nuit. Quel meilleur endroit que le Québec pour se rafraîchir? Ne vous en faites pas pour ces sympathiques immigrants, ils se tiennent bien au chaud près de leurs fourneaux. Depuis qu’ils ont trouvé le local répondant à leurs ambitions, ils se sont fait un point d’honneur de se procurer des produits auprès de fournisseurs locaux. Seules la farine et la pâte de truffe doivent être importées d’Italie. Pour arriver à trouver un goût auquel ils étaient familiers pour la préparation de leurs pizzas, ils préparent eux-mêmes leur saucisse maison. La fraîcheur des aliments est donc indiscutable!

En plus d’un produit typiquement italien, la famille Ghattas-Marcellini nous offre un mode de vie différent. Leurs enfants sont souvent présents, le premier samedi du mois est d’ailleurs congé pour profiter d’activités en famille. Quant à la salle à manger, elle évoque un repas sympathique pris sur le pouce, mais sans lésiner sur les saveurs. Les prix sont tout à fait raisonnables. On peut déguster trois pointes pour moins de dix dollars. Le rapport qualité-prix est excellent!

La pizzeria La Fornarina est située au 1, rue Saint-Jean, au coin de la rue Saint-Jean et de la côte Salaberry, dans l’ancien local de la boulangerie L’artisan (sans gluten et sans lait). Un lieu à découvrir. Nous souhaitons longue vie à ce couple entrepreneur!

Pour plus d’information: https://www.facebook.com/pizzerialafornarina2017/.