«C’est la baisse des ventes depuis deux ans qui nous force à fermer. On parle de ventes cinq fois moins élevées. La masse salariale était devenue trop forte pour les ventes», a expliqué au Soleil François Fradet, l’un des administrateurs de la coopérative de travail qui est propriétaire du Temps Partiel.

A lire dans Le Soleil, édition du 17 janvier 2018.