Tout comme le tatouage, on l’arborait tant pour des raisons esthétiques que pour affirmer son appartenance à une classe particulière. En Occident, le piercing n’est “en vogue” que depuis la fin des années 80′, mais demeure toujours tendance aujourd’hui. Yannick Grenier du Tattoo Shack exerce la profession de perceur depuis quelques années, et nous en dit un peu plus.

À lire sur Québec Scope