Les corneilles dans Saint-Jean-Baptiste

En lisant le titre, à moins d’avoir fuit l’hiver dans d’autres contrées, vous aurez sans aucun doute leur cri à vos oreilles. Les corneilles sont omniprésentes cet hiver, particulièrement au cœur du quartier. Par curiosité sur ce “phénomène” j’ai contacté le Club des ornithologues du Québec (COQ).

Dans le parc Saint-Matthews vous pouvez les voir se rassembler par dizaines cet hiver. Elles survolent le quartier, se posent sur les toits comme sur la tour Saint-Jean ou certains arbres. Mais, c’est définitivement dans le parc qu’elles sont le plus nombreuses. Il faut croire qu’elles se sont “cherchées un nouveau dortoir cette année” selon Mme Guylaine Tremblay du COQ. D’ailleurs, elle nous signale que les corneilles “ont adopté pendant quelques semaines le parc de l’Amérique française. Peut-être que l’endroit était trop éclairé la nuit; elles ont déménagé dans (notre) parc“.

Le Bourdon 600×100

Il n’est pas certain qu’elles soient plus présentes cette année. Un fait intéressant, “en 2016 (peut-être est-ce le cas encore aujourd’hui), elles utilisaient un dortoir près de l’Université Laval. (Le COQ pouvait) en compter autour d’un millier“.

Peut-être aurez-vous le goût d’en connaitre plus sur les habitudes de ce corvidé. Je vous suggère cette lecture sur Humanima. Mme Tremblay m’expliquait que “le matin, elles partent chercher leur nourriture dans différents secteurs et elles rentrent au dortoir en fin de journée. Il y a possiblement d’autres lieux de rassemblement nocturne de cette espèce dans la région et leur localisation n’est pas immuable dans le temps, au dire d’un collègue ornithologue“.

Cet été, vous aurez surement l’occasion de faire encore l’observation intéressante d’un rapace qui séjourne aussi dans le quartier, ou plus exactement du couple de faucons-pèlerins qui niche sur la façade du Hilton, du côté de la rue Saint-Jean. Vous pouvez les entendre, et souvent les voir perchés sur le clocher de l’église Saint-Matthews (notre bibliothèque Claire-Martin). Mme Tremblay me signale qu'”un des deux adultes passe d’ailleurs l’hiver avec nous (si ce n’est les deux). Son domicile hivernal se trouve au Vieux-Port de Québec“. Vous remarquerez d’ailleurs que les pigeons sont peu nombreux dans notre quartier…

Gageons que ces colocataires seront encore les vedettes sur nos photos, ou vidéos. Ils sont bruyants, certes, mais nous permettent, même en ville, un (petit) contact avec la nature.

Ambiance digne d'un film #Hitchcock 🎥 #sjblove #corneilles #cimetière #instaquebec #tempsgris

Une publication partagée par Le Bourdon du Faubourg (@bourdonfaubourg) le

Par | 2018-02-26T14:24:55+00:00 21/02/2018|Catégories : Écologie et verdissement|Mots-clés : , |0 commentaire

À propos de l'auteur :

Isabelle Goarin
Québécoise d’adoption, et en amour avec ma ville depuis 2002, je suis particulièrement fière de vivre, travailler et consommer Saint-Jean-Baptiste depuis 2014. Travailleure autonome depuis 2005, curieuse d’histoire et de culture, cofondatrice du Bourdon média collaboratif, je m’implique aussi au niveau communautaire. J’ai développé au fil des ans un intérêt particulier pour le développement durable (zéro déchet, économie circulaire, consommation collaborative)

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment vos données de commentaires sont traitées.