Jusqu’à dimanche 17 juin à 16h, l’Atelier de la mezzanine expose à l’Espace contemporain (313 rue Saint-Jean). Parmi les artistes mis en valeur, Marie-Josée Lebel, qui réside depuis une quinzaine d’années réside dans Saint-Jean-Baptiste.

Alors que l’Espace contemporain s’apprête à fêter ses treize ans sur la rue Saint-Jean, il accueille jusqu’à dimanche après-midi (décrochage à 16h) des œuvres d’environ la moitié des membres de l’Atelier de la Mezzanine, groupe d’artistes installé depuis 1999 à la Coopérative Méduse.

Marie-Josée Lebel, qui signe MA J (prononcer “magie”) a appris les arts durant trois ans au Cégep Sainte-Foy. Dans la foulée, elle s’est installée voici dix-sept ans à l’Atelier de la mezzanine et se considère comme autodidacte, disant avoir “plus appris aux Ateliers qu’au Cégep“. Il y a quinze ans, elle a décidé de vivre dans Saint-Jean-Baptiste, entre autres pour se rapprocher de l’Atelier. Elle se dit “trop amoureuse de la peinture” pour se lancer dans d’autres formes artistiques, expliquant qu’elle aurait “l’impression de perdre du temps sur autre chose“.

En avril 2018, MA J a sorti un deuxième fascicule, cette fois 100% fait ici (le précédent étant imprimé en France). Dans «I-Ma J-Nation», sorti aux Editions Kayenne (à Québec), deux poètes (Judith McGrath et Claude Lamarche) s’expriment aux côtés de ses toiles. Un livre, tiré dans un premier temps à cent exemplaires, et qu’il est possible de se procurer auprès de l’artiste: il suffit d’envoyer un courriel à l’adresse “mariejetty@hotmail.com”.

MA J avait déjà exposé rue Saint-Jean cette année: le 24 mars elle était à la Galerie Fragile, qui occupait l’ancien local de Rose Bouton, près du Projet. Elle comptait donc y retourner cet été. Mais cette galerie vient de fermer, son propriétaire envisageant d’aller s’installer dans un autre quartier de l’arrondissement.