Le conseil de Ville enterre la Commission d’enfouissement

Il aura fallu moins de treize minutes (vote inclus) pour que la proposition du conseiller Jean Rousseau soit mise sous le tapis et remplacée par une option à coût zéro.

Le 5 novembre en séance à l’hôtel de ville, Jean Rousseau avait déposé un avis de proposition, en vue de doter Québec d’une commission d’enfouissement, comme il en existe à Montréal depuis plus d’un siècle. Le 14 novembre, en compagnie de son ancien concurrent aux municipales, l’avocat François Marchand, le conseiller de Cap-aux-Diamants a détaillé cette proposition aux médias.

Dès le lendemain 15 novembre, le maire Labeaume disait au JdQ qu’il ne voulait pas de «nouvelle entité municipale». En fait, le jour-même de la sortie presse de Jean Rousseau, l’administration de la Ville avait fait une contre-proposition à coût zéro, que Le Bourdon a détaillée samedi 17 novembre.

Lundi 19 se déroulait le second conseil de ville du mois. Voici un mini-résumé, mais pour les phrases exactes nous vous invitons à visionner l’extrait de moins treize minutes de cette séance publique:

  • lors de son argumentation, Jean Rousseau (Démocratie Québec) a montré son étonnement que la Ville n’ait pas profité de certains travaux majeurs pour procéder à l’enfouissement, faisant entre autres références à l’avenue Turnbull, totalement éventrée à l’été 2017 pour un nouvel aqueduc
  • Marie-José Savard (comité exécutif) a dit qu’on ne pouvait pas tout faire, que le programme Hydro-Québec allait à une vitesse d’un kilomètre aux trois ans, et que prochainement Saint-Jean-Baptiste allait voir la rue Saint-Augustin enfouie (ce dont Le Bourdon faisait état en avril)
  • en réitérant son appui à Jean Rousseau, le conseiller indépendant Yvan Bussières (qui fêtait ce soir-là ses vingt-cinq ans d’assermentation) rappelait que, si le périmètre du quartier Saint-Jean-Baptiste avait été élargi jusqu’à Salaberry c’était précisément pour profiter du programme d’enfouissement et qu’une commission permettait d’avoir un plan de match, insistant sur l’aspect patrimonial de certains quartiers ou arrondissements
  • le maire Labeaume dévia le sujet sur les rues conviviales et du parcours du tramway, en disant que les citoyens n’aimeraient pas que toute la ville soit en chantier, et invita Jean Rousseau à faire partie du comité
  • Jean-François Gosselin (Québec 21) a aussi appuyé l’avis de proposition de Jean Rousseau, ajoutant les problèmes que les handicapés pouvaient rencontrer

Par | 2018-11-27T22:47:09+00:00 21/11/2018|Catégories : Aménagement du territoire|Mots-clés : , |0 commentaire

À propos de l'auteur :

Fabien Abitbol
Journaliste depuis 1984, j'ai travaillé pour divers journaux français (régionaux ou nationaux) dont France Antilles, Le Courrier de l'Ouest, La République du Centre, L'Express, Le Monde, ou L'Humanité, ainsi que dans des médias spécialisés (essentiellement dans les secteurs santé-social et éducation). Blogueur depuis 2006, administrateur de la coopérative de journalistes Ensemble, collaborateur régulier de l'InfoBourg, je suis également administrateur du Conseil de quartier Saint-Jean-Baptiste depuis 2014, et résident du quartier depuis 2012.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.