Église Saint-Jean-Baptiste: la Ville verse 180.000$ pour des travaux

Selon un document que nous avons pu consulter, le conseil exécutif de la Ville de Québec a donné son aval au versement d’une somme de 180.000$, destinée à financer des travaux urgents au sein de l’Église Saint-Jean-Baptiste. La décision devrait être entérinée au cours d’un prochain conseil municipal. 

Lors de l’adoption de sa Vision du patrimoine, en mai 2017, la Ville de Québec avait annoncé son engagement d’investir 15 millions de dollars sur dix ans pour la préservation et la mise en valeur de huit églises sur le territoire de la Ville. Quelques mois plus tard, le Ministère de la Culture et des Communications confirmait l’ajout de 15 autres millions pour le patrimoine religieux. Trois millions sont débloqués dès cette année, dont une partie pour l’église Saint-Jean-Baptiste.

Cette mesure d’aide est complémentaire au programme d’Aide à la restauration du patrimoine culturel à caractère religieux du Conseil du patrimoine religieux du Québec (CPRQ) et comble jusqu’à 30 % des dépenses admissibles pour les immeubles patrimoniaux classés. A noter: un minimum de 5 % du financement du projet doit provenir du milieu ou d’autres sources de financement.

Le coût des travaux est estimé à 600 000 $. Le financement provient du Conseil du patrimoine religieux du Québec (390 000 $), de la part du milieu (30 000 $) et de la subvention octroyée par la Ville (180 000 $). Cette subvention, versée à la Fabrique (qui est officiellement propriétaire de l’édifice datant de 1884) doit permettre d’effectuer des réparations urgentes, suite notamment à des dégâts dont nous vous avions déjà parlé. “En raison d’une défectuosité des fournaises en période de froid extrême, des bris majeurs sont survenus, rendant nécessaire le remplacement de tout le système de chauffage. De plus, une inspection du réseau de gicleurs a démontré des déficiences importantes d’une partie du système de gicleurs, rendant nécessaire son remplacement” peut-on ainsi lire dans les documents de la Ville.

Saint-Jean-Baptiste recevra ainsi un montant moyen, au regard des subventions accordées aux autres églises faisant l’objet du programme d’aide. Si Saint-Charles-Borromée reçoit 37.500$, Saint-Charles-de-Limoilou 71.000$, et Holy Trinity une aide de près de 110.000$, Notre-Dame-de-Québec reçoit 377.000$, Notre-Dame-de-Beauport 585.000$, et Notre-Dame-de-Saint-Roch près de 600.000$ de la part de la Ville. Pour cette dernière, le montant octroyé par la Ville couvre 95% des dépenses, l’édifice n’étant pas classé patrimonial.

Fermée depuis 2015, l’Église attend toujours qu’un projet la fasse revivre. Mais les différents projets proposé, dont un Carrefour des familles francophones d’Amérique du nord, ne semblent pas avoir l’appui de la Ville, qui y voyait plutôt en 2015 un chantier-école pour les artisans du patrimoine. A noter, un projet de documentaire sur le devenir de l’église depuis sa fermeture est actuellement en cours de sociofinancement.

Par | 2018-11-28T20:18:52+00:00 28/11/2018|Catégories : À la Une, Histoire et patrimoine, Patrimoine|Mots-clés : |0 commentaire

À propos de l'auteur :

Québécoise d'adoption depuis 2007 et résidente de Saint-Jean-Baptiste depuis 2012, je suis passionnée de démocratie locale, d'histoire et de patrimoine. Co-fondatrice du Bourdon média collaboratif, je suis également engagée dans divers organismes du quartier, comme le Comité Populaire, Espace Solidaire, et le Comité du patrimoine.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.