Le Comité populaire lance une campagne sur l’ancienne boucherie Bégin

Depuis sa fermeture en octobre 2012, l’édifice de l’ancienne boucherie Bégin n’en finit plus de se détériorer et d’entraîner de multiples nuisances pour le voisinage. Le Comité populaire Saint-Jean-Baptiste lançait ce matin une campagne sous le thème “Ton inaction nous rend malades”.

Les militants et militantes ont réclamé des autorités municipales la démolition de l’édifice dans les plus brefs délais et l’expropriation du promoteur actuel afin que le terrain revienne à la communauté. Car la saga du Bégin s’étire, et sa démolition semble toujours retardée. Les projets de condos qui se succèdent ne trouvent pas preneur, et sont régulièrement modifiés, sans pour autant qu’un nouveau bâtiment sorte de terre. Et pour cause: le permis de construire n’est toujours pas délivré, bien que les condos actuels aient été mis en vente depuis mars 2018.

Le Comité populaire cherche ainsi à mobiliser la population du quartier Saint-Jean-Baptiste dans les prochaines semaines. “Depuis bientôt sept ans, l’ancienne boucherie Bégin n’en finit plus de se détériorer dans le quartier. Au Compop, on ne compte plus le nombre de commentaires et de plaintes que l’on reçoit depuis plusieurs années concernant cet édifice, considéré par plusieurs comme une verrue. Ça suffit ! Qu’attend donc la Ville de Québec pour agir dans ce dossier ?”, a déclaré Vincent Baillargeon, permanent du Comité populaire.

La campagne dure tout le mois d’avril, et appelle les résidents et résidentes à un envoi massif de plaintes (dont on peut trouver un modèle sur le site du ComPop). Elle culminera par un rassemblement et une action surprise le 25 avril prochain. La distribution de tracts entamée ce matin devant l’édifice se poursuivra au cours des prochaines semaines.

Par | 2019-04-09T21:43:41+00:00 02/04/2019|Catégories : Aménagement du territoire|Mots-clés : , |1 Comment

À propos de l'auteur :

Québécoise d'adoption depuis 2007 et résidente de Saint-Jean-Baptiste depuis 2012, je suis passionnée de démocratie locale, d'histoire et de patrimoine. Co-fondatrice du Bourdon média collaboratif, je suis également engagée dans divers organismes du quartier, comme le Comité Populaire, Espace Solidaire, et le Comité du patrimoine.

Un commentaire

  1. Marie-Hélène Rouleau 2 avril 2019 à 14 h 38 min - Répondre

    Je vous soutiens et vous encourage à continuer tant que cette nuisance ne sera pas à terre!

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.