CD Mélomane: plus de 20 ans à prendre soin de nos oreilles

CD Mélomane a pignon sur rue dans le quartier depuis 22 ans. A l’occasion du Record Store Day 2019 samedi prochain, nous sommes allés à la rencontre de Benoît Huot, pour parler musique, évolution du commerce local et vie de quartier.

L’homme a une mémoire phénoménale, et on le comprend, quand on sait qu’il conserve environ 60.000 vinyles, près de 100.000 CD, que ce soit dans le magasin, au sous-sol du magasin, chez lui… Toujours actif, même quand il est en congés, il trie, il étiquette, il vérifie dans les bases de données… Et il a longtemps fait cela tout en jouant de la guitare dans des bands. Il a depuis levé le pied (après tout, dormir de temps en temps ne fait pas de mal).

CD Mélomane, c’est la passion d’un homme qui travaille dans le domaine depuis plus de trente ans. D’abord dans des chaînes comme HMV, ou Sam the Record Man, puis à son compte. A l’époque, “la rue Saint-Jean, c’était la main à Québec, elle était très achalandée”. Bref, l’endroit parfait pour ouvrir une boutique de disques, ce qu’il fait en 1996 après y avoir pensé pendant une dizaine d’années. D’abord, il emménage au 98 de la rue Saint-Jean (juste à côté de l’actuel joaillerie Zimm’s), où il reste un peu moins de deux ans. Le 1er août 1998, il reprend le fonds de commerce du 248 Saint-Jean, où il se trouve encore de nos jours.

À la fin des années 1990, “le Colisée du livre drainait du monde”. Les choses ont évolué depuis. Le Colisée a fermée, les taxes locales ont bondi, Internet est arrivé et a changé la donne par rapport aux achats et à la consommation de la musique… C’est la période au cours de laquelle la vente des cds a beaucoup baissé, en même temps que les ventes des graveurs se sont mis à croître, avant l’arrivée des outils de partage sur le net. À partir de 2000 jusqu’en 2008, cela n’a pas été facile pour le commerce de détail. Mais CD Mélomane a tenu.

Le marché est curieusement cyclique. “En 1983-1984, quand le cd est arrivé, du jour au lendemain, les gens se sont débarrassés des vinyles. Sans penser au fait que les compagnies n’allaient pas nécessairement rééditer les vinyles sur cd…” C’est la même chose aujourd’hui avec les cd: les gens s’en débarrassent, sans même vérifier que tout existe(ra) au format numérique ou sera réimprimé sur vinyle…

Tous les formats musicaux

J’ai toujours cru à tous les formats pour écouter sa musique, même les 8-pistes, et je n’ai jamais cru que le cd allait mourir”. Et il a été le premier disquaire à Québec à recommander du vinyle neuf. C’est ainsi qu’on trouve dans la boutique des K7, des vinyles, des cds, bien d’autres encore (peut-être même qu’en cherchant bien, on y trouverait des 8-pistes…), de quoi jouer tous ces formats, de la table tournante à la platine cd (dans le neuf ou l’usagé). Et de la musique pour tous les goûts: pop, rock, prog, psyché, folk, punk, jazz, classique, franco ou anglo. “Dans le neuf et l’usagé de tous styles, je suis rendu le seul à Québec”.

Je prône le vinyle, c’est la forme qui a la plus belle dimension sonore” (car enregistré normalement au format analogique, ndlr), et le mélomane “aime toujours avoir l’objet entre ses mains”. “Mais quand je travaille sur mon terrain, j’ai mon ghetto blaster”. Et qu’on ne s’y méprenne pas: chez CD mélomane, on ne vous jugera pas sur votre choix de format musical. “Le cd convient à plein de styles musicaux”, et les services de streaming répondent à un besoin. “Ce sont de beaux outils, mais parfois mal utilisés. Quand tu veux encourager un artiste ou le commerce local, c’est à éviter”. Bref, qu’importe le support, pourvu qu’on écoute de la musique et que les artistes soient rémunérés honnêtement.

Cher le vinyle usagé?

“C’est moi qui m’occupe de l’usagé, pour évaluer. Le vinyle, c’est une job de moine”. Vérifier l’édition, l’année, le label, la rareté de l’objet… un travail sans fin quand on y pense. Un peu plus cher qu’ailleurs CD Mélomane? Pas à qualité égale et produit comparable. D’ailleurs, il suffit de surfer un peu sur Discogs ou autres services du même genre, d’identifier le disque qu’on cherche (et non une édition cheap ou abîmée) pour vérifier que les prix sont tout à fait équivalents. Frais de livraison en moins! Et contrairement à Internet, ici, on peut écouter avant d’acheter. Pas de mauvaise surprise.

Aujourd’hui, sa clientèle est à la fois locale, régionale, voire internationale, et le plus souvent régulière depuis des années. Des amateurs éclairés qui reconnaissent la qualité et la variété des disques offerts. “Je suis fier de ma boutique” nous dit-il vers la fin de l’entrevue. Et rien ne lui fait plus plaisir que lorsque des clients, qui viennent parfois de loin (par hasard ou non) lui font part de leur satisfaction par rapport à la boutique.

Le Record Store Day

Journée annuelle de promotion, organisée pour et par les disquaires indépendants afin d’inciter le public à se rendre dans leurs boutiques, elle est organisée depuis 2008 en avril. L’opération est organisée avec le concours des artistes et maisons de disques. Pendant une seule journée, les boutiques participantes mettent en vente des disques en édition limitée ainsi que des rééditions et des disques commercialisés en avant-première.

J’y participe depuis le début. C’est assez spécial comme événement”. Pas de commande, pas de réservation, on sait à la dernière minute ce qu’on va recevoir. “C’est la frénésie pendant une journée. Il va y avoir 5 à 10 titres que tout le monde va chercher. On va même avoir un vinyle 3 pouces”. Le RSD, c’est l’occasion de mettre la main sur des éditions jamais sorties en vinyle, ou en format spécial. Des rarities, des bonus tracks. La qualité sonore peut être au rendez-vous, ou pas. Mais ce qui est certain, c’est que produits du Record Store Day ou pas, vous devriez trouver votre bonheur musical en poussant la porte du 248 rue Saint-Jean, le 13 avril ou les autres jours…

En bref:

  • Adresse: 248 rue Saint-Jean
  • Ouvert tous les jours de la semaine
  • Page Facebook (pour tout savoir des nouveaux arrivages)
  • Téléphone: (418) 525-1020
  • Achat, vente et échanges de disques compacts, dvd, K7 et vinyles
  • Service de réparation de cd, dvd, cd-rom

Par | 2019-04-15T21:03:32+00:00 07/04/2019|Catégories : Art de vivre et consommation, Commerces|Mots-clés : , , |0 commentaire

À propos de l'auteur :

Québécoise d'adoption depuis 2007 et résidente de Saint-Jean-Baptiste depuis 2012, je suis passionnée de démocratie locale, d'histoire et de patrimoine. Co-fondatrice du Bourdon média collaboratif, je suis également engagée dans divers organismes du quartier, comme le Comité Populaire, Espace Solidaire, et le Comité du patrimoine.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.