Au cours des dernières semaines, des citoyen.nes du quartier ont signalé sur les réseaux sociaux que les fenêtres du restaurant étaient couvertes de papier brun. C’est ainsi que les résident.es appris que le Délices Saint-Jean 2000 fermait définitivement ses portes.

J’aimerais rendre un humble hommage à ce lieu et ses propriétaires, qui ont tenu le fort pendant trente ans, à contre-courant.

Le Délices St-Jean 2000 détonnait du reste du quartier par ses brillantes qualités : mentionnons d’abord l’abordabilité des plats. On pouvait manger à sa faim pour moins de 10 $, ce qui est carrément impossible ailleurs dans le faubourg. Les déjeuners étaient simples, mais toujours frais et délicieux. Le pain et les viennoiseries étaient faits maison (mention spéciale pour les chaussons aux pommes/fraises, mes préférés). Le midi, on pouvait se régaler de spécialités asiatiques, tout aussi peu chères et succulentes que les déjeuners, ou de plats traditionnels (lasagne, pâté chinois, sous-marins) pour emporter.

L’ambiance y était tout à fait unique. La disposition des lieux rappelait un peu une cafétéria, mais la décoration d’inspiration cambodgienne réchauffait l’atmosphère, ce à quoi contribuait sans doute le gigantesque pothos qui trônait à l’entrée. C’était disparate, disons-le, mais c’est ce qui faisait tout le charme de la place.

Le service était impeccable : le couple derrière le projet était plus qu’accueillant. Grâce à la serveuse, Mme Vuht, j’avais l’impression d’être en famille quand j’allais déjeuner. Bien installée aux tables face aux fenêtres, je pouvais lire, écrire, boire mon café et ouérer à ma guise. Ce petit resto était un havre de paix et il sera regretté. J’y étais attachée et je n’étais pas la seule.

Le Délices était l’un des derniers bastions non gentrifiés du quartier, un endroit inclusif où chacun.e trouvait sa place.

Le resto a fermé sans bruit, sans annoncer sa fin. J’aimerais souligner son immense contribution pour les gens aux petits portefeuilles. Le Délices permettait à bien du monde de s’accorder une sortie au resto, en famille ou en solo, grâce à sa vocation, celle de garder ses mets dans une tranche de prix raisonnable.

Merci pour tout.