Notre quartier a la chance de compter en son sein les principaux théâtres de la Ville de Québec. Durement touchés par la pandémie, ils ont mis à profit ces longs mois sans spectateurs pour réfléchir aux diverses façons dont ils pourraient aller à la rencontre du public cet automne. Nous aurons donc beaucoup de plaisir à retrouver les comédiennes et comédiens sur scène dès cet automne, dans des formules inventives et inédites.

Nécessité est mère de l’invention dit le proverbe. Comment préserver l’expérience théâtrale, cette proximité nécessaire à l’immersion dans le spectacle? Radio-théâtre, parcours déambulatoires, salle réaménagée en mode cabaret, les théâtres comme Le Périscope et Premier Acte ont vu dans la contrainte une occasion d’offrir des événements différents et répondant à cette étrange époque que nous vivons; car les œuvres présentées sont toutes teintées des bouleversements et des expériences que nous vivons actuellement.

Septembre sera le mois de la déambulation. Au Périscope, dès le 22 septembre, Le Pommetier permettra au public, en groupes de quatre, de suivre un parcours poétique qui se termine dans un autobus aménagé en appartement, et où l’on fera la connaissance de Bérengère, une vieille dame qui se questionne, nous interpelle et partage des confidences qui font écho dans notre for intérieur. Du côté de Premier Acte, dès demain soir 15 septembre, Manque(s), une variation déambulatoire sur le thème de la relation de l’être humain face à l’absence sur toutes ses formes, nous offrira du doux et du sensible à l’extérieur du théâtre.

Par la suite, les pièces intimes se succéderont. Que ce soit au Périscope avec Je suis mixte, où deux hommes d’apprivoiser les multiples désirs qui les habitent malgré l’influence d’une société traditionaliste, Les années amputées où nous aurons le plaisir de retrouver le sémillant Roland Lepage, ou encore Haut du lac au Premier Acte, une fiction en baladodiffusion qui portera sur la quête identitaire de deux jeunes hommes, elles seront l’occasion de se poser des questions sur nous et notre rapport à l’autre.

Outre les spectacles, Premier Acte mise en effet sur la baladodiffusion pour plusieurs de ses pièces. Que ce soit avec Haut du Lac, Manque(s), ou Freeze-Up, le public pourra retrouver avec plaisir les créations dans l’intimité de son chez-soi. A noter, Meet_Inc., une satire sur le monde du travail, sera offerte en webdiffusion pour trois représentations.

Toujours en appui à la création, Le Périscope proposera également trois résidences artistiques au cours de l’automne, qui s’achèvent par des LabOuverts, une présentation devant public d’une partie de leur recherche, pour nous plonger dans l’effervescence du processus de création. Enfin la dixième édition du Festival du Jamais Lu en novembre prochain nous permettra de découvrir des textes inédits d’autrices et d’auteurs, sur quatre jours cette fois-ci.

Le Bourdon vous invite dès à présent à réserver vos places dans les théâtres du quartier, non seulement pour encourager la création, mais surtout parce que cette saison s’annonce surprenante et très intéressante!