Après un début de saison qui laissait entrevoir le meilleur de la créativité de la scène québécoise, le milieu culturel s’est vu contraint de suspendre à nouveau ses productions. Qu’à cela ne tienne, le Théâtre Périscope n’a pas pris le temps de reprendre son souffle que déjà il nous propose trois projets pour octobre.

Faute de salle, le Périscope se projette directement chez les spectateurs, avec du doux, du beau, et du bon. Ainsi, au cours du mois d’octobre, le Théâtre accueillera une œuvre sonore collaborative créée par Ubus Théâtre et Pupulus Mordicus, un événement virtuel réalisé dans le cadre des Journées de la culture et le retour du projet Au creux de l’oreille (que l’on a déjà pu entendre ce printemps).

Si la diffusion du Pommetier s’est arrêtée à mi-parcours, les feuilles de l’arbre ne sont pas toutes tombées avec l’automne. Ubus Théâtre, en collaboration avec Pupulus Mordicus et le Théâtre Périscope, présente Le murmure du Pommetier – une œuvre sonore singulière lumineuse et bienveillante, qui donne la parole au public, aux créatrices et créateurs, et à toutes celles et tous ceux qui travaillent dans l’ombre. On pourra l’écouter à partir du mardi 13 octobre sur le site Internet du Périscope, sur les réseaux sociaux des trois théâtres et au théâtre forain d’Ubus Théâtre stationné au Périscope.

Dans le cadre des Journées de la culture, Marie-Hélène Gendreau, coordonnatrice artistique du Théâtre Périscope, invite le public à une causerie virtuelle le mardi 13 octobre à 16h, autour du thème “Faire du théâtre : une histoire de collaboration”. L’occasion d’échanger sur la création, l’inventivité et tout ce qu’il peut y avoir derrière la mise en scène, pandémie ou non. La rencontre virtuelle est gratuite, mais il est nécessaire de réserver.

Le projet Au creux de l’oreille, initié en avril dernier au Québec, se poursuit du 14 octobre au 14 novembre 2020. Tel qu’au printemps, la lecture téléphonique d’extraits de textes est offerte à la grandeur du Québec. Durant cette période, 130 appels d’une vingtaine de minutes sont prévus entre des artistes de la province et des auditeur.trice.s. Cette nouvelle phase permet notamment de rémunérer la participation des lecteur.trice.s impliqué.e.s en offrant les appels au coût de 15 $ (taxes et frais inclus).