Ce 9 janvier, plus d’une cinquantaine de personnes ont participé à la séance d’information relative au réaménagement des rues Saint-Olivier et Philippe-Dorval, ainsi qu’à l’atelier d’échanges sur le réaménagement de la rue Sutherland. Au programme : une troisième rue partagée pour le quartier Saint-Jean-Baptiste et des propositions d’aménagement visant la mobilité active, le verdissement et la sécurisation des déplacements.

C’est en mai 2023 qu’ont été présentées les premières ébauches du réaménagement des rues Saint-Olivier (entre Salaberry et Philippe-Dorval) et Philippe-Dorval (sur toute sa longueur), dans le prolongement des consultations réalisées par la Ville au cours de l’hiver 2022. Les personnes participant à la consultation s’étaient alors majoritairement prononcées en faveur des aménagements limitant la circulation de transit, proposant plus de verdissement, d’aménagements sécuritaires, favorisant la mobilité des personnes en situation de handicap.

Une transformation de la rue Saint-Olivier

C’est ainsi que le choix a été fait de transformer la rue Saint-Olivier en rue partagée, en deux phases pour commencer : la première concerne un tronçon entre Salaberry et Philippe-Dorval et la seconde entre la rue Philippe-Dorval et la rue Sutherland. Par la suite, c’est toute la rue Saint-Olivier qui deviendra une rue partagée, répondant ainsi aux aspirations des résidentes et résidents qui se sont exprimés de diverses manières depuis mars 2022. Pour Mélissa Coulombe-Leduc, conseillère du district Cap-aux-Diamants régulièrement interpellée par les résidentes et résidents du quartier Saint-Jean-Baptiste, qui « aspirent à plus de verdissement et des aménagements de rue qui tiennent compte du fait que 70,8% utilisent le transport actif pour se déplacer. L’implantation d’une rue partagée sur Saint-Olivier – la 3e dans le quartier – et la plantation de plus de 20 arbres sur cette même rue – entre Salaberry et Philippe-Dorval – ainsi que sur Philippe-Dorval contribuera à répondre à ces besoins et propose un équilibre entre l’ensemble des besoins nommés dans le secteur, y compris le stationnement ». Le Comité populaire Saint-Jean-Baptiste se « réjouit de voir que les rues partagées semblent maintenant considérées comme une façon concrète de répondre aux enjeux de mobilité active dans le quartier. Marie-Ève Duchesne, permanente du ComPop, précise néanmoins que « pour un quartier comme Saint-Jean-Baptiste, il vaudrait peut-être mieux de réfléchir le concept de façon globale, pour tout le quartier, plutôt qu’à la pièce. Penser tout le quartier en rues partagées permettrait d’aller encore plus loin sur les aménagements structurants pour éliminer la circulation de transit, la plantation importante d’arbres et la réappropriation des rues par les résident·e·s ».

La rue Saint-Olivier devient une rue partagée.

Le choix de faire de Saint-Olivier une rue partagée permet d’assurer un cheminement piétonnier continu et confortable en toutes saisons, permet de verdir sur 250 mètres grâce à l’ajout de 13 arbres (dont 4 en saillie de trottoirs aux intersections avec Félix-Gabriel-Marchand et Philippe-Dorval). L’impact le plus visible tient au retrait des 28 cases de stationnement au nord de la rue (le stationnement étant actuellement possible des deux côtés de la rue sur ce tronçon), ce qui vise à maximiser la capacité de végétalisation. Le pavage au sol offrira un contraste visuel de 70 % pour faciliter le déplacement des personnes, notamment celles en situation de handicap. Ce scénario pourra être appliqué sur le reste de la rue Saint-Olivier ver l’est sans avoir d’impact significatif sur le stationnement, puisque le tronçon subséquent ne permet le stationnement que du côté sud de la rue.

Des aménagements sur Philippe-Dorval

Le scénario retenu pour la rue Philippe-Dorval s’appuie sur une rue conventionnelle (c’est-à-dire non-partagée) avec plusieurs aménagements de surface. Le retrait de 13 cases de stationnement côté ouest permet de planter potentiellement 8 arbres, de verdir sur 110 mètres, et d’assurer un cheminement piétonnier continu et confortable en toutes saisons.

Scénario retenu pour la rue Philippe-Dorval

Des impacts sur le stationnement

Il s’agit sans doute du sujet qui préoccupe le plus les résidentes et les résidents. Selon les estimations préliminaires de la Ville, le retrait de 41 cases sur les rues Saint-Olivier et Philippe-Dorval implique que la capacité de stationnement passe à 303 cases sur les tronçons en question, ce qui devrait se traduire par un taux d’utilisation de l’ordre de 90 % à différents moments de la journée. Plusieurs personnes participant à la rencontre ont ainsi émis leurs craintes vis-à-vis de l’impossibilité de trouver un stationnement, ou des entraves que cela pourrait représenter en cas de livraison ou pour les véhicules d’autopartage. La Ville a tenu à se faire rassurante et à rappeler qu’une politique relative au stationnement est en cours d’élaboration.

Une phase 2 sur Sutherland et Saint-Olivier

Les résultats de la consultation en ligne pour la rue Sutherland indiquent que le verdissement (90,9%) et les piétons (63,6%) sont les deux éléments incontournables pour le réaménagement de la rue. Ce sont 90,9% des résidentes et résidents qui sont en faveur de la transformation de la rue Sutherland en rue partagée. En outre, près de 73 % des personnes consultées sont favorables à la perte de stationnement pour donner plus de place au verdissement ou aux piétons.

Pour faire suite aux travaux qui débuteront dès cette année sur Saint-Olivier et Philippe-Dorval (voir échéancier ci-dessous), la Ville a soumis aux personnes participant à la rencontre plusieurs scénarios visant à aménager la rue Saint-Olivier entre Philippe-Dorval et Sutherland, ainsi que la rue Sutherland elle-même. Ces tronçons ont également fait l’objet d’une collecte de besoins en 2022 et la conception préliminaire des projets présentés ce 9 janvier a débuté en octobre 2023.

Trois scénarios ont été présentés pour la rue Sutherland, qui est à sens unique en direction sud et qui offre actuellement 53 cases de stationnement des deux côtés de la rue. Il s’agit également d’une rue identifiée comme un corridor scolaire vers l’école Saint-Jean-Baptiste et où un CPE de 80 places sera construit sous peu, à l’intersection avec la rue Saint-Olivier, ce qui implique de repenser et sécuriser les cheminements piétonniers.

Le premier scénario maintient les trottoirs existants ainsi que les stationnements, bonifie les intersections avec des saillies permettant de planter 13 arbres. Il ne permet néanmoins pas d’assurer un cheminement piétonnier continu et confortable quatre saisons. Le second scénario s’appuie sur une rue conventionnelle, avec une bande végétalisée du côté ouest (et donc le retrait de 26 cases de stationnement) et un potentiel de 6 arbres. Enfin, le troisième scénario propose une rue partagée, avec un corridor latéral séparé permettant des déplacements confortables, que l’on soit en situation de handicap ou non. Comme le deuxième, le scénario retire 26 cases de stationnement et ajoute potentiellement 6 arbres.

Quant au tronçon de la rue Saint-Olivier entre Philippe-Dorval et Sutherland, la Ville propose d’en faire une rue partagée, dans la continuité du tronçon précédent. Ceci permet d’être en cohérence avec tous les concepts et de connecter tous les aménagements de surface. Aucun impact sur le stationnement n’est prévu.

Des projets bien reçus

Nonobstant quelques inquiétudes sur le stationnement ou les commerces ayant besoin d’un débarcadère, les résidentes et résidents ont salué la présentation et plusieurs se sont montrés enthousiastes vis-à-vis des aménagements proposés dans le cadre de cette deuxième phase. Plusieurs personnes ont proposé des aménagements en vue de bonifier les projets, que ce soit pour connecter les gouttières au système d’évacuation des eaux de pluie (au lieu de transformer les trottoirs en patinoire l’hiver), proposer le marquage des cases de stationnement au sol (pour s’assurer d’une utilisation adéquate), s’assurer que les véhicules d’autopartage puissent continuer à se stationner dans le quartier ou encore que les conceptions permettent aux enfants de mieux prendre leur place dans l’espace.

Mélissa Coulombe-Leduc a tenu à rappeler que « Les changements proposés ne se feront pas sans la collaboration des citoyen‧nes et je me rendrai disponible comme à l’habitude pour être à leur écoute ». On indique également que les résidentes et résidents concernés seront informés régulièrement par différents moyens et qu’en cas de questions ou d’enjeux particuliers, ils peuvent contacter le 311 pour avoir un suivi particulier.

Échéancier des travaux

D’ici à février, la Ville s’affaire à finaliser les plans et devis pour la rue Saint-Olivier, jusqu’à Philippe-Dorval. Les travaux de construction devraient débuter dès mai prochain, pour s’achever au début de l’hiver 2024. Les trois rues ciblées doivent faire l’objet de travaux de réfection des infrastructures souterraines (aqueduc et égouts) et de la chaussée.

En ce qui a trait à la rue Sutherland et au tronçon de Saint-Olivier compris entre Philippe-Dorval et Sutherland, l’élaboration des plans et devis ainsi que la présentation des scénarios retenus interviendront entre juillet 2024 et février 2025. Les travaux sont prévus entre mai et novembre 2025.

Les personnes souhaitant en savoir plus sur les travaux peuvent consulter la page consacrée au projet sur le site de la Ville de Québec, où l’on pourra également retrouver les documents présentés lors de la rencontre du 9 janvier et des rencontres précédentes.