Jusqu’au 27 janvier, le Périscope présente deux pièces, Le déclic du destin et Le problème avec moi. On y suit un même personnage de gratte-papier très ordinaire, se retrouvant dans des situations saugrenues, qu’il tente de rationaliser le plus possible. La rencontre entre l’univers de Larry Tremblay et la dynamique du théâtre Entr’actes nous offre un spectacle aussi pétillant qu’intelligent, irrésistible en tout point.

Dans Le Déclic du destin, Léo nous raconte son étrange histoire, aux accents oniriques (ou cauchemardesques, c’est selon). Ou plutôt Léo et Léo racontent leur drôle d’aventure, où l’on perd une dent en engloutissant un éclair au chocolat. Puis toutes ses dents. Et sa langue. Et son corps. Et sa tête, alouette. Une transformation inéluctable que n’auraient pas reniée Kafka ou Gogol. Dans un monologue à la logique aussi comique qu’implacable, Léo et Léo déroulent le fil de cette histoire, où à force d’en perdre des bouts, il a fallu répartir sa conscience dans deux corps pour être en mesure de tout raconter.

Dans Le problème avec moi, ce même Léo cherche à se rendre au travail. En chemin, il croise un homme qui lui ressemble étrangement. Qui est habillé comme lui et qui porte le même sac que lui. Fraîchement rasé et coupé en conséquence. Plus surprenant encore, les deux hommes partagent une même passion pour le film Psycho. De coïncidences en synchronismes, c’est un kaléidoscope de Léos qui naissent sous nos yeux, où chaque facette de sa personnalité prend corps. La conscience de Léo, ainsi éclatée en cinq corps, essaye de faire face à la réalité (et l’envie de ne jamais retourner au bureau). Le tout ponctué de références au film Psychose.

Voici deux pièces joyeusement absurdes, excessivement drôles, très bien écrites et interprétées. Deux pièces qui semblent ne rien raconter mais qui en disent pourtant beaucoup sur notre époque, sur la multiplicité et la diversité présentes en nous. Portée par un impressionnant duo de comédiens – Hubert Bolduc et Mathieu Bérubé-Lemay – dont la coordination gestuelle et textuelle est épatante, Le Déclic du destin est une œuvre à la langue délicieusement ampoulée et qui saura réjouir tous les publics. Ils sont rejoints par les tout aussi épatants Paul Fruteau de Laclos, Geneviève Breton et Jean-François Plante dans Le Problème avec moi, qui incarnent à merveille les différentes facettes de Léo. On prendra également le temps d’observer et d’apprécier les décors – notamment ceux du Déclic du destin, dont les étagères sont bourrées de détails qui méritent qu’on s’y attarde.

Ces deux pièces présentées au Périscope sont surprenantes, originales, écrites dans une langue riche et fluide, ou la mécanique verbale du raisonnement intellectuel donne lieu à des échanges désopilants. À voir absolument pour oublier la grisaille hivernale de ce mois de janvier 2024.

Informations complémentaires

  • Représentations: 16 au 27 janvier 2024
  • Texte: Larry Tremblay
  • Mise en scène: Jean-François F. Lessard
  • Distribution: Hubert Bolduc, Mathieu Bérubé-Lemay, Paul Fruteau de Laclos, Geneviève Breton et Jean-François Plante.
  • Une production d’Entr’Actes en codiffusion avec Le Périscope.