Les groupes Bon Enfant et Mon Doux Saigneur présenteront chacun un spectacle d’une heure.

Bon Enfant

D’abord des amis, Daphné Brissette (du groupe Canailles) et Guillaume Chiasson (Ponctuation, etc.) briguent/manœuvrent depuis quelques années pour célébrer leur cohésion et pour s’octroyer des territoires nouveaux, en marge de leurs pratiques précédentes. Bien appuyés par Mélissa Fortin et Étienne Côté (d’autres belles Canailles !) et Alex Burger, Bon Enfant s’en vient étendre une pop québ très actuelle aux grooves bien-allants, précisée de flottements tie-dye, de garage nancysinatraesque et de timbres d’époque. Le premier album de Bon Enfant s’est retrouvé sur la majorité des palmarès de fin d’année en 2019, dont au sommet de celui du Devoir, alors que cette joyeuse bande prépare déjà ses prochaines frasques musicales. Une vraie cure de jouvence sur scène !

Mon Doux Saigneur

Quelque chose qui s’établit et qui immerge à la fois. Un confort qui surprend. Une contemplation vertigineuse, verticale, où écueils d’endeuillés libres s’acquittent, finissent célébrés. C’est bien des choses, un spectacle de Mon Doux Saigneur, des choses vastes, surtout celles qui font qu’on respire mieux à la fin. Des chansons libres, aux rainures électriques et aux textes aussi bruts que sensibles et fertiles, alliant groove rock décomplexé, folk lo-fi, blues aux connotations maliennes et country ondulé. Déployé, le groupe de Emerik St-Cyr Labbé, David Marchand, Étienne Dupré, Eliott Durocher-Bundock et Mandela Coupal Dalgleish devient un véhicule de mots sillonnés et de grooves impromptus, au dialecte musical intuitif et tissé. Des manifestations uniques, contingentes, où les mots évoluent et où les ambiances prévalent – et, cette fois-ci, ça pourrait en être une suave ambiance de lointains mystères solaires tamisés et englobants (ou pas – ça dépend de la contingence). Dans tous les cas, le moment sera orné.

|||::
269 Boulevard René-Lévesque E, Ville de Québec, QC G1R 2B3