Annie Cloutier est sociologue et écrivaine.
On l’entend parfois à la radio de Radio-Canada (106,3 FM) en tant que chroniqueuse sociologique.

Elle est notamment l’auteure d’Aimer, materner, jubiler.
L’impensé féministe au Québec (VLB, 2014).

Femme de gauche, profondément féministe et écologiste, elle s’interroge sur le rapport de la maternité à un mode de vie sain, joyeux et chargé de sens, tant pour les mères que pour les enfants, les couples, les familles et les communautés. Les relations fondées dans le don occupent une place essentielle dans ses réflexions.

Ses thèmes de réflexion incluent :
• L’égalité/l’équité entre les femmes et les hommes au sein des couples
• Le partage des tâches, la charge mentale, le travail émotionnel
• L’indépendance financière, l’idéal individualiste
• Le rôle du travail rémunéré dans une vie joyeuse et bien vécue
• Le rôle de la maternité dans une vie joyeuse et bien vécue
• Les exigences sociales envers les mères, notamment sur les réseaux sociaux
• Les liens entre les modes de vie et l’environnement
• Travailler moins comme mode de vie
• Les perceptions de la maternité dans la société
• L’idéal féministe dans la vie privée
• Sa conviction que chaque femme est la mieux placée pour prendre les décisions qui concernent sa vie.
Ces thèmes sont abordés sous l’angle de l’introspection, du courage de regarder à l’intérieur de soi et de répondre « les vraies choses » aux questions qu’on se pose. La discussion vise à soutenir notre capacité à nous demander ce qu’on peut faire, chacune d’entre nous, personnellement, pour mener notre vie comme on l’entend, pour accomplir notre destin.
Ils sont aussi abordés à partir des concepts de don, d’entraide, de gratuité, de tout ce qui circule entre les êtres humains et qui n’est à peu près jamais isolé dans les discours surtout économiques qu’on entend. À partir du bonheur d’être mère et de cet élan qui fait qu’on veut être proche de nos enfants, leur prodiguer de l’amour et des soins, veiller sur eux.

Il n’y a pas de réponse définitive. L’important, c’est qu’on ait le droit de poser ces questions.

|||::
620 Rue Saint-Gabriel, Ville de Québec, QC G1R 1W7