Quoi de mieux, pour ouvrir un concert, qu’une Ouverture festive. À l’image d’un mini-concerto pour orchestre, Éric Champagne décrit son œuvre comme une « “ouverture” de programme, une levée de rideau éclatante avant de plonger dans le cœur du concert : une pièce sautillante et pétillante. »

Les compositeurs québécois sont à l’honneur : après Éric Champagne, Jacques Hétu nous offre Légendes, créée pour le 400e anniversaire de la ville de Québec. L’œuvre traverse les légendes issues de différentes régions de la province, sur un ton ludique et non exempt d’humour, aux évocations de danses folkloriques, où il aborde la Chasse-Galerie avec sa Quadrille de Rivière-du-LoupAlexis le Trotteur et Le Diable au bal.

Tchaïkovski nous immerge ensuite dans l’histoire du plus célèbre couple de Vérone. On y retrouve l’amour fusionnel et impossible de Roméo et Juliette, mais aussi l’implacable haine opposant les Capulet aux Montaigu. Si la partition nous conduit inévitablement vers la fin tragique des deux amants, elle s’avère être un « survol » du drame, mais surtout de son ambiance, par la diversité de son écriture musicale : introduction sombre, chant d’amour généreux, marche funèbre et thème consolateur.

Comme pièce de résistance, une œuvre phare de Sibelius. Le compositeur ne nous a laissé qu’un seul concerto, le dédiant à son instrument fétiche, le violon. La pièce est puissante, ensorceleuse et exige concentration, intériorité, virtuosité et justesse. Pour l’interpréter, le violon solo par intérim de l’Orchestre, Catherine Dallaire. Cette partition est exigeante pour le soliste, mais en revanche très accessible pour l’auditeur.

|||::
269 Boulevard René-Lévesque E, Ville de Québec, QC G1R 2B3