Il ne vous reste que trois soirs pour assister à l’étourdissante performance de Mathieu Arsenault dans La Vie Littéraire. Un monologue poétique à couper le souffle, littéralement.

Le sous titre stand-up littéraire contestataire ne saurait être plus juste. Le rythme syncopé de la parole enfouit le spectateur sous une avalanche de mots, de phrases qui résonnent dans les têtes et dans le vide d’un espace contraint par la pandémie. “En temps de pandémie, les phrases, écrites à une autre époque, trouvent une signification différente. Je n’aime pas parler de magie. Mais le théâtre en temps de pandémie devient parfois hors de contrôle tellement il résonne fort, et il faut se poser la question de la magie” dit Mathieu Arsenault.

Respirer? Oubliez. Vous serez happé dès le début de la représentation, et la tornade vous déposera 50 minutes plus tard au pied de vos vies sans que vous n’ayez vu le temps passer, submergé par mille et une réflexions comme on remplit sa tête de savoirs plus ou moins superficiels et jetables, ou comme on a toujours 25 onglets ouverts dans 4 ou 5 fenêtres d’un navigateur sans que l’on se rappelle vraiment pourquoi on a cherché l’information en premier lieu. Mathieu Arsenault vous aura pourtant servi une leçon en mode punch, sur tous les irritants de notre époque, la futilité d’un meme ou d’une page wikipedia qui finit pourtant par nous rentrer dans nos corps-échangeurs à la manière d’un uppercut. Le tout porté par une écriture foisonnante pleine d’anadiploses, une symétrie en miroir des mots répétés qui sert l’argumentaire de l’auteur d’une très belle manière.

À peine a-t-on le temps de saisir une phrase qu’elle est emportée par le flot des idées. On cherche son air au milieu d’une marée de mots et d’idées, reflets ou reflux du trop-plein d’informations qui remplit nos vies. Pourrait-on croire que Mathieu Arsenault, seul en scène pendant presque une heure, cherche à étourdir le spectateur? Au contraire, l’auteur cherche avant tout à dire pour ne pas oublier. “Nos phrases elles-mêmes sont écrites avec de la cendre” nous lance-t-il, et des cendres fécondes émerge un sens, ou plein de sens, qu’on vous laisse apprécier. On vous recommande également de rester pour la discussion de la fin, jubilatoire, jouissive et drôle.

Informations